Site de discussions et de rencontres
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les banlieues françaises restent des «poudrières»

Aller en bas 
AuteurMessage
Le pti prince
1er collaborateur
1er collaborateur
avatar

Nombre de messages : 507
Age : 36
Localisation : Les verts pâturages
Loisirs, passions : Créer des liens
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Les banlieues françaises restent des «poudrières»   Jeu 26 Oct 2006 - 13:54

Citation :
France: regain de tension dans les banlieues

26.10.2006 09:44

Deux bus ont été attaqués et incendiés par des personnes encagoulées mercredi et jeudi en banlieue parisienne, à la veille du 1er anniversaire des émeutes urbaines qui avaient secoué la France.
Une dizaine d'hommes encagoulés, dont cinq armés, ont attaqué un bus dans la nuit de mercredi à jeudi à Bagnolet, dans le département de Seine-Saint-Denis, au nord de Paris, où avaient débuté les émeutes le 27 octobre 2005.

"Passagers et chauffeur évacués"


Les assaillants, certains avec des armes de poing, "ont menacé tout le monde de leurs armes", puis fait descendre le chauffeur et les passagers avant de dérober le bus et de le faire brûler, ont indiqué les transports parisiens.

Une attaque similaire a eu lieu à Nanterre, à l'ouest de Paris, où plusieurs personnes encagoulées ont mis le feu mercredi soir à un bus sans faire de blessé, la dizaine de passagers ayant pu s'échapper du véhicule en flammes, selon les autorités locales.

"Guet-apens"


A peine entrés dans le bus, les agresseurs ont projeté un liquide inflammable dans le véhicule avant d'y mettre le feu et de prendre la fuite. "Il y avait à bord moins de 10 passagers, qui n'ont eu que le temps de sortir. L'un des passagers a dû casser une vitre pour s'échapper du bus", selon la préfecture.

Plusieurs incidents ont éclaté ces derniers jours en banlieue parisienne (voir ci-contre) où des policiers affirment avoir été la cible de "guet-apens" et où les jeunes s'affirment eux victimes d'une multiplication des contrôles "au faciès".

Les associations de quartier et la police craignent un nouvel embrasement des banlieues défavorisées en France, un an après les émeutes qui avaient fait des centaines de blessés et durant lesquelles plus de 10.000 véhicules avaient été incendiés et quelque 300 bâtiments détruits dont des écoles.

Les banlieues restent des «poudrières»


Un an après les émeutes qui ont secoué les banlieues françaises, les cités déshéritées restent des «poudrières» vivant au quotidien le chômage et l'exclusion. Elles sont devenues un enjeu de la campagne pour la présidentielle du printemps 2007.

Face au regain de tension constaté sur le terrain à l'approche de cet anniversaire, policiers, responsables politiques et associations craignent de voir la France revivre les violences qui avaient ébranlé le pays et dont les images avaient fait le tour du monde.

Dans une note confidentielle récente révélée par la presse, les services de renseignements estiment que «la plupart des conditions qui ont amené, il y a un an, un déclenchement de la violence collective sur une grande partie du territoire sont toujours réunies».

Climat tendu

Le département des Hauts-de-Seine, l'un des plus gravement touchés par les émeutes de novembre 2005 (voir ci-dessous), était "calme" par ailleurs, selon la préfecture.
D'autres légers incidents ont eu lieu mercredi soir dans la cité de la Grande Borne dans l'Essonne, en banlieue sud de Paris, où des jeunes ont tenté de lancer des pierres sur une voiture de police.
Ils ont également visé des voitures particulières. Le calme est revenu assez rapidement après l'arrivée sur place d'un important dispositif policier.

Discrimination et chômage


Les émeutes de 2005 avaient mis en lumière les graves problèmes d'insertion des jeunes Français d'origine étrangère, victimes de discriminations et d'un taux chômage élevé, atteignant dans certains quartiers défavorisés jusqu'à 40%.

Le 27 octobre 2005, la mort de deux adolescents d'origine immigrée à Clichy-sous-Bois, près de Paris, électrocutés dans un transformateur où ils s'étaient réfugiés par peur de la police, avaient donné le coup d'envoi de trois semaines d'émeutes sans précédent dans les banlieues.



Source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
Diakos
Collaborateur engagé
Collaborateur engagé
avatar

Nombre de messages : 237
Date d'inscription : 20/10/2006

MessageSujet: Re: Les banlieues françaises restent des «poudrières»   Mar 31 Oct 2006 - 4:56

Tiens ce matin en première page du matin bleu, ils parlaient d'une fille qui est restée coincée dans un bus incendié par ces fameux hommes encagoulés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les banlieues françaises restent des «poudrières»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» forêts françaises de ce siècle
» Chitons des côtes françaises (et + !)
» Quiz sur les îles françaises
» L' emploi du temps des universités françaises
» Selon un classement international, les facs et grandes écoles françaises sont très à la traîne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genève Ensemble :: Discussions en toute liberté :: Toute l'Actualité :: Actualité Internationale-
Sauter vers: