Site de discussions et de rencontres
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une verte présidente du Grand Conseil Genevois

Aller en bas 
AuteurMessage
Le pti prince
1er collaborateur
1er collaborateur
avatar

Nombre de messages : 507
Age : 36
Localisation : Les verts pâturages
Loisirs, passions : Créer des liens
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Une verte présidente du Grand Conseil Genevois   Ven 3 Nov 2006 - 1:35

Citation :
Les Verts votent leur première liste paritaire


VIRGINIE POYETTON

Paru le Jeudi 02 Novembre 2006



ÉLECTIONS MUNICIPALES Les Verts de la Ville de Genève ont désigné mardi soir leurs candidats pour les élections municipales 2007. En toute parité. Ce seront donc 17 hommes et 16 femmes qui figureront sur la liste des élections municipales. Sans grande surprise la quasi-totalité des sortants se représentent, hormis Roberto Broggini, qui avait annoncé qu'il quitterait le Conseil municipal après son année de présidence, et François Gillioz. A noter également la présence des deux candidates pressenties pour le Conseil administratif, la présidente de section Marguerite Contat Hickel et la députée Michèle Künzler, ainsi que du sortant Patrice Mugny.
Pour la première fois, les Verts auront donc une liste paritaire, le principe ayant été décidé lors de leur assemblée générale cantonale du 22 mai 2006. Cette nouvelle orientation égalitariste met de côté Benaouda Belghoul. Elu à la majorité absolue, mais dernier de liste, et de sexe masculin, il ne figurera pas sur la liste du parti. Le candidat est amer et rejette le fait qu'il soit «une victime de la parité». «Les Verts ont un problème de cohérence. Ils parlent beaucoup d'intégration, mais ont de la peine à la pratiquer.» Les trois derniers de liste étaient d'origine étrangères. «Je ne veux pas quitter les Verts, mais je vais demander une assemblée générale pour discuter d'intégration», conclut M.Belghoul.
Les têtes et l'ordre de liste seront définis en fin d'année lors de l'assemblée qui désignera les candidats au Conseil administratif. VPN


Le Courrier

_________________
Si tout le monde vivait et consommait comme un Suisse, il faudrait 3 planètes supplémentaires pour satisfaire les besoins de chacun.


Dernière édition par le Ven 17 Nov 2006 - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
Le pti prince
1er collaborateur
1er collaborateur
avatar

Nombre de messages : 507
Age : 36
Localisation : Les verts pâturages
Loisirs, passions : Créer des liens
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: Une verte présidente du Grand Conseil Genevois   Ven 17 Nov 2006 - 17:35

Citation :
Les Verts accèdent pour la première fois au perchoir

PHILIPPE BACH

Paru le Vendredi 17 Novembre 2006



GRAND CONSEIL - L'écologiste Anne Mahrer a été élue à la présidence du Grand Conseil. Une première pour son parti, au parlement depuis vingt et un ans.

La quatrième fois aura été la bonne. Les Verts ont enfin accédé à la présidence du Grand Conseil genevois après trois essais infructueux et souvent polémiques. Le législatif genevois a en effet élu hier soir à sa tête Anne Mahrer. La députée écologiste sera donc, durant une année, la première citoyenne du canton.
Les Verts sont présents depuis vingt et un ans au Grand Conseil. Mais, jusqu'à hier, ils n'ont jamais su trouver la route du perchoir. La raison, dans un premier temps, à l'ostracisme qui frappe les petits partis. Les formations plus importantes se réservant cette fonction selon un tournus subtil.
Les Verts ayant pris de la place, cet argument avait perdu en pertinence. Mais à trois reprises, et pour des raisons différentes, ils ont été écartés de la fonction. Une première fois en 2000, lorsque, malgré une majorité de gauche, la droite et le Parti socialiste s'étaient alliés pour préférer Elisabeth Reusse-Decrey à Fabienne Bugnon. En 2003, ensuite, quand Antonio Hodgers avait été recalé à la vice-présidence –poste ouvrant l'année suivante la porte à la présidence–, en lien avec les violences commises en marge du sommet du G8. L'année suivante enfin, où ce fut au tour de Michèle Künzler de boire la tasse face au libéral Michel Halpérin. Dans ce cas, la volonté de la droite de marquer le terrain en année électorale avait joué.
M.Halpérin a terminé hier soir son année de présidence avec un discours très politique et conforme au style directif qu'il a su imprimer aux débats durant son mandat. L'occasion pour le redoutable député de plaider pour un parlement efficient et «travaillant de concert aux intérêts de la République». Avec un coup pied à feu l'Alliance de gauche, «que les électeurs, dans leur sagesse, ont su éjecter hors du Grand Conseil, ce qui a mis fin à la confiscation de la démocratie par certains agitateurs patentés».
La quatrième fois a donc été la bonne pour les écologistes. MmeMahrer a été élue par 66 voix. Elle a d'emblée placé l'année à venir sous le double signe du féminisme et de l'écologie. De fait, elle sera secondée à la vice-présidence par Loly Bolay. Cette dernière, membre du Parti socialiste, devrait donc accéder l'an prochain à la présidence.
Sur le plan politique, cela indique que la droite a choisi d'adopter une position moins hégémonique et de partager davantage les fonctions. Ce qu'elle s'était refusée à faire durant la législature 2001-2005. Elle avait rejeté la main tendue de la gauche qui avait fait le choix d'un partage équitable des postes durant la législature rose-rouge-vert.
Une explication moins honorable était néanmoins également avancée hier à la salle des pas-perdus. L'attitude concilliante des partis bourgeois s'expliquerait aussi par le fait que «personne n'avait particulièrement envie d'aller au perchoir». A cela s'ajoute que l'Entente (libéraux, radicaux et démocrates-chrétiens) ne dispose pas de majorité. Selon certains calculs politiciens, mieux valait laisser le tour aux socialistes plutôt qu'à l'UDC.
Avec MmeBolay, c'est une autre première qui s'annonce: car jamais, de mémoire de députés, une immigrée de la première génération n'avait accédé au perchoir. MmeBolay est en effet arrivée à Genève de son Espagne natale à l'âge de 17 ans, en 1968.
Enfin, relevons que siégeront également au bureau Mario Cavaleri (démocrate-chrétien), Patricia Läser (radicale), René Stalder (libéral), Caroline Bartle (udéciste) et Sandra Borgeaud (Mouvement citoyen). Cette dernière a été élue contre l'avis de son groupe, sur proposition des libéraux qui ne voulaient pas d'Eric Stauffer. Ce qui a créé un petit scandale, car la députée, qui se dit «victime de pressions», voire de mobing dans son groupe, a accepté son élection.

Le Courrier

_________________
Si tout le monde vivait et consommait comme un Suisse, il faudrait 3 planètes supplémentaires pour satisfaire les besoins de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
 
Une verte présidente du Grand Conseil Genevois
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Litanies de Saint Joseph
» Liste de lecture ECS
» 2000: le 11/12 Observation d'une lumière verte Epernay (51)
» Conseil de Vie Lycéenne
» Grand coléoptère noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genève Ensemble :: Discussions en toute liberté :: Toute l'Actualité :: Actualité Genevoise-
Sauter vers: