Site de discussions et de rencontres
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cette Genève qui a voté le repli et les «lex Blocher»

Aller en bas 
AuteurMessage
Le pti prince
1er collaborateur
1er collaborateur
avatar

Nombre de messages : 507
Age : 36
Localisation : Les verts pâturages
Loisirs, passions : Créer des liens
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Cette Genève qui a voté le repli et les «lex Blocher»   Ven 3 Nov 2006 - 21:10

Citation :
«Charlie Hebdo» se penche sur la Genève de l'après-24 septembre


DIDIER ESTOPPEY

Paru le Mercredi 01 Novembre 2006



PRESSE - Un dessinateur de l'hebdomadaire satirique est venu prendre la température de ce canton réputé ouvert qui vient pourtant, comme la Suisse, de voter le repli et les «lex Blocher».

«Parano chez les lilliputiens du bout du lac». Sous ce titre choc, les lecteurs de Charlie Hebdo pourront découvrir sur une double page, dans l'édition à paraître ce mercredi, des images saisissantes de Genève. Elles ont été croquées par Luz, dessinateur et reporter de l'hebdomadaire satirique français, venu prendre le pouls, quatre jours durant, de ce canton qui, comme le reste de la Suisse, a voté «oui», le 24 septembre, aux lois sur l'asile et les étrangers.
«Le traumatisme est là, tapi dans le lac», résume le reporter, après avoir estimé que «le 24 septembre dernier, le canton de Genève est tombé». Un séisme que Luz relie directement à un homme, Christoph Blocher, dont il résume ainsi la philosophie pour ses lecteurs français: un «populisme teinté de madelinisme économique, de sarkozysme sécuritaire et de xénophobie lepéniste.» Quant au parti du conseiller fédéral, il se trouve rebaptisé «Union du centre». Luz éclate de rire lorsqu'on lui fait remarquer son erreur au téléphone. «Maintenant que vous me le dites, c'est vrai qu'on m'avait bien parlé d'une union démocratique. Mais j'avais totalement oublié qu'un tel parti puisse être démocratique.»


Six portraits

Ce portrait général une fois brossé, le dessinateur s'est surtout attaché à prendre la température de la ville, de rencontrer certaines de ses figures. Entre les croquis de différentes scènes de la vie genevoise se glissent ainsi les portraits d'Estella, une sans-papiers péruvienne, du dessinateur Mix&Remix, de l'ex-syndicaliste Ismaïl Turker, de l'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, du conseiller national Carlo Sommaruga et du conseiller municipal Alpha Dramé. Le tout donne une vue très humaine du choc vécu par celles et ceux qui se sont engagés à Genève pour le double «non». Même si le dessinateur regrette de manquer de place pour laisser respirer son reportage, un genre qu'il affectionne particulièrement.
Les interlocuteurs rencontrés par Luz lors de son séjour au bout du lac portent des regards plutôt contrastés sur ce vote de repli auquel vient de céder Genève. Le Tessinois Carlo Sommaruga se remémore avoir lui-même été victime d'exclusion: «Arrivé enfant à Genève, j'ai senti un rejet total à cause de mes origines.» Le socialiste ne s'est pas senti plus à l'aise lors de son arrivée au Conseil national, en 2003: «J'étais sidéré d'entendre, lors d'un débat sur le droit d'asile, comment on parlait des étrangers. D'aucuns en parlaient comme des insectes, et pas seulement des membres de l'UDC.»
Alpha Dramé se veut quant à lui plus optimiste. Arrivé de Guinée en 1992 en qualité d'étudiant, il estime que la mauvaise image de la communauté noire est liée à des migrations encore récentes, et aux abus des dealers. Mais «il ne faut pas juger les Genevois sur ces votations, ils ne sont pas racistes, il n'y a que des étrangers ici. Le discours de Blocher est trop puéril pour perdurer.»


La cantonnière Ruth Dreifuss

Ruth Dreifuss, enfin, vient fustiger ses anciens collègues du Conseil fédéral, auxquels elle reproche d'avoir cédé aux diktats de Christoph Blocher. Pour la socialiste, la «décision bâclée» à laquelle a adhéré le peuple suisse s'explique essentiellement par sa «confiance envers les autorités». Mais cette trahison ne doit pas conduire au découragement: «La politique consiste à enlever des cailloux sur le chemin. Je me sens comme une cantonnière de la vie.»
Différentes lectures politiques du choc du 24 septembre entre lesquelles Luz ne tranche pas. Il se borne à poser la question: «La Suisse multiculturelle et multilingue, si neutre et prudente, est-elle, à l'instar de la Belgique ou de la Pologne, en train d'entrer dans l'Europe par la porte populiste?» I

Le Courrier

_________________
Si tout le monde vivait et consommait comme un Suisse, il faudrait 3 planètes supplémentaires pour satisfaire les besoins de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
 
Cette Genève qui a voté le repli et les «lex Blocher»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quel est le nom de cette pierre?
» Que diable suis-je venue faire sur cette terre ? M'accomplir !
» Quelle est cette étoile ?
» Coupures de presse - La Tribune de Genève - 07 novembre 1990
» Pour une justice contre cette femme qui a découpé son chien vivant !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genève Ensemble :: Discussions en toute liberté :: Toute l'Actualité :: Actualité Genevoise-
Sauter vers: