Site de discussions et de rencontres
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Alter connexion, modèle d'intégration socio-professionnel

Aller en bas 
AuteurMessage
Le pti prince
1er collaborateur
1er collaborateur
avatar

Nombre de messages : 507
Age : 36
Localisation : Les verts pâturages
Loisirs, passions : Créer des liens
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Alter connexion, modèle d'intégration socio-professionnel   Mer 15 Nov 2006 - 20:37

Citation :
Neuchâtel/article

Epaulés par les leurs, les jeunes en difficulté s'en sortent mieux


ISABELLE STUCKI

Paru le Mercredi 15 Novembre 2006



. NEÛCHATEL - L'institut de psychologie de l'université de Neuchâtel évalue positivement un projet destiné à l'intégration socioprofessionnelle des jeunes.

Oui, Alter connexion est un modèle d'intégration socioprofessionnelle qui a un impact très positif: c'est la conclusion d'une étude menée par l'institut de psychologie de l'université de Neuchâtel. Basé sur le système du mentorat, le projet a déjà permis à 43 des 70 jeunes suivis de résoudre significativement leur situation. «Un nombre fort considérable», selon Anne-Nelly Perret-Clermont, directrice de l'institut et auteure de l'évaluation.
En 2004, à la suite du mandat que leur confient le Conseil d'Etat et la Ville de Neuchâtel, le Bureau du délégué cantonal aux étrangers (BDE) et le Centre de loisirs de Neuchâtel (CDL) lancent Alter connexion (notre édition du 4 décembre 2004). Complémentaire aux autres instances d'intégration socioprofessionnelle, ce programme cible particulièrement les jeunes migrants qui, sortis de l'école obligatoire, n'ont pas trouvé de travail et se sont retrouvés en situation de rupture. «Ces jeunes dont la scolarité a souvent été médiocre n'ont plus de contact avec le monde adulte, si ce n'est par le biais du contrôle social», constate Olivier Arni, animateur socioculturel au CDL et coordinateur du projet.


La solution des mentors

Alter connexion propose donc d'aller à la rencontre de ces jeunes en les connectant avec d'autres jeunes adultes ou mentors. Insérés socialement et professionnellement, ces derniers ont des personnalités fortes. Ils sont reconnus au sein de milieux sportifs ou musicaux et peuvent ainsi servir de référents identitaires aux jeunes en rupture. En outre, les mentors bénéficient d'une vie associative riche qui leur permet de repérer les jeunes en difficulté.
Quand ils sont contactés par un mentor, les jeunes se retrouvent «à côté d'une personne» qui se met à leur service. En mobilisant les ressources du jeune (en particulier l'estime de soi), en restant à son écoute, en l'aidant à retisser les liens sociaux effilochés, le mentor accompagne le jeune qui s'engage dans son propre projet de vie, se responsabilise et se reconnecte au monde des adultes. Jusqu'à y trouver du travail.
Les mentors s'appuient eux-mêmes sur les compétences d'un groupe de professionnels. Soit l'organe de pilotage stratégique, qui oeuvre en toute discrétion. «Une chaîne de confiance extrêmement précieuse se crée dans laquelle chacun tient son rôle», remarque Anne-Nelly Perret-Clermont. Tout en relevant que «quand un jeune a trouvé une solution significative à sa situation, il en fait bénéficier de nombreuses institutions oeuvrant dans l'action sociale», dont il dépendra de moins en moins.


Une «épidémie positive»

Coauteur de l'étude, Ismaël Ghodbane relève que le projet Alter connexion a un impact non négligeable sur l'entourage: «Les liens socio-affectifs se stabilisant, la famille est elle aussi gagnante.» De plus, le jeune qui est aidé commence à faire de même avec ses amis, frères et soeurs. Un phénomène réjouissant que la directrice de l'institut de psychologie qualifie «d'épidémie positive».
L'étude d'évaluation conduite par MmePerret-Clermont éclaire toutes les ressources qui sont la clef du succès d'Alter connexion. Décrit et explicité, le programme a dès lors l'avantage de se présenter comme un modèle «transplantable». De sorte que le conseiller communal Daniel Perdrizat continuera de soutenir ce projet dans lequel «chacun est l'acteur de sa vie» et qui va de pair avec la récente création d'un service de la jeunesse et de l'intégration en Ville de Neuchâtel.
Quant au chef du Département de l'économie publique Bernard Soguel, il entend également renouveler le financement d'Alter Connexion qui s'élève à 46000 francs pour 2006, alors que 60000 francs avaient été alloués en 2004 et en 2005. Pourquoi une telle baisse? Olivier Arni explique: «Au lancement d'Alter connexion, nous avons bénéficié d'un financement de Berne limité à deux ans. J'espère de tous mes voeux que l'évaluation positive de ce projet audacieux convaincra la Confédération de nous soutenir dans le futur.» I

Note : L'étude d'évaluation de l'université de Neuchâtel est disponible sur le site internet de l'Etat de Neuchâtel ( www.ne.ch) à la rubrique «Migrations et intégration».

Le Courrier

_________________
Si tout le monde vivait et consommait comme un Suisse, il faudrait 3 planètes supplémentaires pour satisfaire les besoins de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
 
Alter connexion, modèle d'intégration socio-professionnel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» modèle lettre réintégration
» Séjour intégration 6ème
» pb d'intégration de certains élèves
» Echec du multiculturalisme, de l'intégration
» problèmes d'intégration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genève Ensemble :: Discussions en toute liberté :: Sciences Humaines & Sociales, Arts et Littératures :: Psychologie Pédagogie & Education-
Sauter vers: