Site de discussions et de rencontres
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 "Tr. de conduite" = "tr. psychique" ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Le pti prince
1er collaborateur
1er collaborateur
avatar

Nombre de messages : 507
Age : 36
Localisation : Les verts pâturages
Loisirs, passions : Créer des liens
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: "Tr. de conduite" = "tr. psychique" ?   Mer 15 Nov 2006 - 21:12

Comment les français voient la question du dépistage des troubles de conduites de l'enfant ?

Réponse dans cet article:

Citation :
Les pédopsychiatres préfèrent la prévention au dépistage des troubles

C'est quasiment à une contre-expertise collective sur la question du dépistage des troubles des conduites de l'enfant que se sont livrés les intervenants d'un colloque organisé par l'Inserm, mardi 14 novembre, à la Mutualité à Paris. Un an après la violente polémique suscitée par la publication, en septembre 2005, d'un rapport de l'institut de recherche, les pédopsychiatres ont rejeté en bloc l'idée qu'il existerait un lien prédictif entre les troubles du comportement chez le jeune enfant et la délinquance à l'adolescence.



Réaffirmant que l'enfant turbulent est "un enfant en souffrance", les professionnels de la petite enfance se sont accordés sur la nécessité d'une prévention globale des troubles, loin d'un dépistage centré sur les seuls symptômes d'agitation.

Préconisée par l'Inserm, l'idée d'un dépistage systématique des troubles des conduites dès 3 ans avait été reprise par le ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, qui souhaitait l'insérer dans le projet de loi de prévention de la délinquance. Quelque 200 000 signataires de la pétition "Pas de zéro de conduite" avaient rejeté cette hypothèse et dénoncé l'approche réductionniste et scientiste de l'Inserm.

"AMALGAME ENTRE TROUBLES DES CONDUITES ET DÉLINQUANCE"


Lors de l'introduction du colloque, le ministre de la santé, Xavier Bertrand, a affirmé lui aussi qu'il refusait "l'amalgame entre troubles des conduites et délinquance". "J'estime qu'un tel dépistage n'a pas sa place dans un projet de loi de prévention de la délinquance", a ajouté le ministre, en rappelant qu'une surveillance médicale renforcée de l'enfant lui avait été substituée dans le projet de loi sur la protection de l'enfance.

En France, la prévention de la souffrance psychique cherche à appréhender l'enfant dans sa globalité, ont rappelé les intervenants. "Cette approche globale, pluridisciplinaire, est fondamentale, a affirmé Christine Bellas-Cabane, présidente du Syndicat national des médecins de protection maternelle et infantile (PMI). Elle permet de repérer des enfants présentant des troubles du comportement mais aussi des enfants qui sont en repli." Dans ce cadre, et contrairement à ce qu'affirmait l'Inserm, les enfants perturbateurs sont bien pris en charge. "Les troubles des conduites représentent 17 % des motifs de consultation, ils sont pris en compte par le secteur psychiatrique", a affirmé Nicole Garret-Gloanec, secrétaire générale de la Fédération française de psychiatrie.

Les réponses apportées ne sont pas pour autant standardisées. "Nous recherchons notamment une alliance avec les parents, pour les valoriser, pour qu'ils se sentent soutenus et non contrôlés socialement", a expliqué le Dr Garret-Gloanec.

Pour éviter une nouvelle controverse dans le champ de la santé mentale, les intervenants ont plaidé pour que l'Inserm n'ignore pas l'apport des sciences sociales. "La multidisciplinarité est une condition d'une démarche éthique et scientifique", a considéré Jean-Claude Ameisen, président du comité d'éthique de l'Inserm.

Parallèlement à ce colloque, l'Inserm commence à apporter des réponses aux critiques qu'elle a essuyées : depuis septembre, chaque étape importante des expertises collectives est soumise au regard du conseil scientifique et du comité d'éthique de l'institut.

Cécile Prieur
Article paru dans l'édition du 16.11.06.

Le Monde

ainsi les français lorsque leur enfant présentent des "troubles de conduites" vont consulter chez le pédopsychiatre...

ce qu'on faisait en Suisse jusqu'il y a peu (et que l'on continue de faire encore malgré les nouvelles offres qui existent...)

or la question est: un "trouble de la conduite" chez l'enfant (encore faut-il s'entendre sur les manifestations de ce qu'on appelle "trouble"... verser dans le diagnostic de l'hyperactivité déssert plutôt l'enfant et les médicaments n'y feront rien à long terme) signife-t-il "trouble psychiatrique probable" ??

En suisse existent heureusement si votre enfant a des conduites qui vous paraissent anormales pour sa tranche d'âge, d'autres endroits que le cabinet du pédopsychiatre...

A Genève par exemple ?

L'Ecole des Parents par exemple

Sur le canton de Fribourg ?

L'Association pour l'Education Familiale (AEF) association où d'ailleurs j'effectue mon stage de 9 mois.

Si vous avez des questions sur ces associations, ne vous gênez pas Cool

_________________
Si tout le monde vivait et consommait comme un Suisse, il faudrait 3 planètes supplémentaires pour satisfaire les besoins de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
 
"Tr. de conduite" = "tr. psychique" ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Instaurer une "note de conduite/comportement/travail" ?
» "Madaaaaaame Monsieuuuuuuur c'est quoi un TZR ?"
» "Laissez venir a moi les petits enfants"...
» "Comme une araignée dans sa toile..."
» Conte zen : "La tortue et les deux hérons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genève Ensemble :: Discussions en toute liberté :: Sciences Humaines & Sociales, Arts et Littératures :: Psychologie Pédagogie & Education-
Sauter vers: